vous êtes sur le site : www.cairannevieuxvillage.eu

Dossier "Les rubans du Patrimoine" de Cairanne : Cliquez

Bulletin de réservation de la publication des chroniques 2014-2019 : Soumettez


La chronique de juin 2021

Cairanne : vers la monoculture de la vigne (1)


version imprimable

L’expansion de la vigne à Cairanne de 1700 à nos jours s’est faite en plusieurs étapes : De 1700 à 1830, la surface de vignes varie peu et correspond à la fabrication de vin pour une consommation locale.
De 1830 à 1945, elle s’est faite par la réduction des terres labourées et des garrigues. C’est un processus lent ralenti par la crise du phylloxera en 1867. En 1896 il est créé un marché aux raisins à Cairanne à la demande de MM Alary et Bagnol, les viticulteurs ayant du mal à écouler leur production . En 1898 à la foire viticole d’Avignon, Cairanne est cité comme vignoble remarquable .
Autour de 1900, les surfaces des terres labourées deviennent plus faibles que les surfaces de vigne dont l’encépagement est reconstitué après la crise du phylloxera avec conservation des cépages régionaux. La crise viticole du Languedoc en 1907 laisse peu de traces dans la Vaucluse, la guerre de 14-18 ne va pas modifier cette évolution. Les surfaces de vignes augmentent.
Pour certains vignerons visionnaires, il apparait nécessaire de :
  • remettre en cause les circuits de commercialisation
  • s’orienter vers une production de qualité
  • limiter les fraudes
Deux directions sont prises : création d’une cave coopérative à Cairanne pour se libérer de l’emprise des négociants et le lancement d’une appellation Cotes du Rhône qui vont dynamiser à moyen terme la demande de vins de qualité.
Après la deuxième guerre, la vigne continue de progresser au détriment des vergers (gel de 1956), des prés (motorisation) et de la forêt de chênes verts (défrichage plus aisé). La pression est d’autant plus forte que la notoriété grandit et que le mode de consommation se porte sur des vins de qualité. L’expansion du vignoble AOC Côtes du Rhône jusqu’en 1973 conduit à une augmentation du volume de production et de la concurrence . Pour se différencier, il est créé l’appellation Côtes du Rhône commune en 1966 , l’AOC Côtes du Rhône Villages avec mention Cairanne est né . L’année 1986 est le record de surface mais marque aussi la fin de l’expansion de la vigne (1729 hectares). Il faut désormais maintenir les positions acquises en améliorant la qualité finale. C’est un long processus qui consiste à sélectionner les terres qui géologiquement sont les plus favorables. Ce processus aboutira au Cru en 2016 avec une répartition de surfaces en diminution : 1088 h en AOC Cairanne et 300 h en Côtes du Rhône.
La figure suivante montre l’expansion de la vigne à Cairanne de 1700 à nos jours.
ADV, 8M27.
BMA, 8°10229.
ADV, Biblio 2131. On peut se demander si une appellation d’une telle étendue (200km par 70 km) est crédible. Est-ce que le patrimoine historique, culturel, et médiatique du label Côtes du Rhône a été bien géré ?» Jacques Maby, La terre du Vignoble, préface de G. Pierrefeu, 1995, édition Barthelemy, Avignon.
Décret du 2 novembre 1966. Dix-sept commune sont éligibles réparties dans la Drôme, le Vaucluse et le Gard. L’INAO ne pouvait s’y opposer puisqu’un décret de 1951 offrait cette possibilité à certaines communes (J.Maby).
Source : association
Evolution des surfaces des terres labourables
et des vignes à Cairanne de 1700 à 2018

Surfaces : en bleu les terres labourables, en rouge les vignes, en grisé les vignes en AOC Côtes du Rhône (CdR) Village puis en AOC Cairanne. Les pointillés correspondent à la période de phylloxera.
La variation qui suit est dûe à la guerre de 14-18.
La crise du Phylloxera
Le phylloxera apparait à Cairanne en 1867-1868 aprés la mise en service du train vers Paris en 1856 qui offre de nouveaux marchés. La vigne meurt en trois ans. Cairanne subit aussi la crise de la garance concurrencée par un produit synthétique tandis que s'amorce une lente reprise de la production de cocons de soie décimée par un champignon. La chute de Napoléon III en 1870 n’arrange rien. Les scientifiques ne trouvent aucune parade à la lutte contre le phylloxera. Vers 1880 une solution se dessine : planter des plants américains résistants. Mais ces plants donnent des vins de mauvaise qualité en augmentant les rendements. Vers 1885 apparait le greffage des plants américains avec des plants traditionnels ce qui permet de retrouver les caractères des vins avant la crise . La mise au point a été longue : plusieurs techniques de greffe sur plusieurs variétés de porte-greffe existent adaptées au terrain . Le greffage sur place est abandonné au profit des plants déjà greffés, donnant naissance à une industrie des pieds mère en Vaucluse. Pendant ce temps, la misère s’installe à Cairanne et l’exode de la population commence jusqu’en 1925, en 1886 : 1 166 habitants, en 1900 : 800 habitants et décroit jusqu’en 1925 : 690 habitants. Puis une lente remontée s’amorce jusqu’à aujourd’hui avec 1 116 habitants.

Cave coopérative de Cairanne 1929
Pour lutter contre les excès des marchands bourguignons et des négociants de Châteauneuf-du-Pape , Germain Delauze cherche à créer une cave coopérative qui aura pour objectif la vinification, le stockage et la commercialisation du vin. À cette époque, la très grande majorité des producteurs de raisin de vin sont des viticulteurs sans expérience de vinification vendant leur raisin aux marchands et négociants qui contrôlent tout. Seul une minorité revendique la qualité de vignerons et élabore son vin. Cette initiative de cave coopérative ne remporte pas un grand succès auprès des viticulteurs cairannais, elle est reportée. Deleuze cherche alors des partenaires dans les villages environnants et finalement lance la cave coopérative de Cairanne en 1929.
Il est président de la cave coopérative pendant un an. À sa démission, le Petit Cairannais, journal paroissial, écrit : M. Germain Delauze à qui sont dues nos légitimes félicitations pour avoir entrepris et mené à bonne fin cette œuvre si importante et si pleine d’avenir pour le pays. Avec le même journal, on apprend sous le titre Succès mérité, qu’en 1933, la cave coopérative vient d’obtenir la médaille d’or pour ses vins exposés au Concours général à Paris. Ce succès, qui fait honneur au gérant M. d’Albert, rejaillira sur tous nos vignerons cairannais et les encouragera à continuer à soigner la qualité de leurs produits.
Il est difficile de tirer des évolutions de récoltes du territoire de Cairanne avant 1989. Gérard Pierrefeu écrit : « Prenons comme repère 1988, où les déclarations de récolte se faisaient sur les lieux de vinification tandis qu’en 1989 et suivants, elles sont faites sur les lieux d’exploitation, ce qui a profondément influé sur les quantités produites. Le vin des raisins récoltés à Sainte-Cécile ou à Saint-Roman vinifiés à Cairanne étaient déclarés à Cairanne. Aujourd’hui ils le sont dans la commune de production.
Les modes de gestion de plus en plus compliqués des structures coopératives qui semblaient être une des chaines du futur a eu pour effet d’éloigner les coopérateurs des niveaux de décision qui n’apparaissent plus que comme des fournisseurs de raisin. Les informations sont celles des assemblées générales forcement limitées. Le risque est grand de les voir se désintéresser de l’œuvre de leurs pères.
En complément de la cave coopérative, en avril 1958, une structure de promotion est créée le Comité de propagande des vins de Cairanne présidé par Gérard Pierrefeu et en 1959 une structure commerciale est créée Le caveau du belvédère pour les vignerons indépendants.

Gérard Coussot

À suivre :
  • Cairanne et la constitution de l’appellation Côtes du Rhône 1937
  • Le baron Pierre Leroy de Boiseaumarié 1890-1967
  • Cairanne à la Fête des vins, Avignon, 1938
  • Le futur
Summary: this first part concerns vineyards evolution in Cairanne from 1702 until today and the main events during this evolution until 1930 such as the launching of the Paris-Mediterranean railway in 1854 opening new markets, the phylloxera crisis in 1867, the overproduction in 1900, the cooperative cellar creation in 1929. The latter allowed the Cairanne winegrowers to control grape harvest vinification, wine marketing and released them from the grape buyers who imposed their prices.
Joseph Ducos (1833-1910), propriétaire du château de la Nerthe à Châteauneuf-du-Pape autour de 1890, vigneron par mariage mais aussi ingénieur de Polytechnique, est un pionnier dans ce domaine.

ADV, 1 J1013, les négociants de Châteauneuf-du-Pape faisaient rentrer dans leur cave de grosses quantités de raisin de différents villages vauclusiens et les vendaient comme du Châteauneuf-du-Pape, Vanessa Aeris-More, mémoire de maitrise, Université d’Avignon, 2001.

ADV, 1PER23, Le petite Cairannais, février 1931

Source : ADV
Carte du phylloxera à Cairanne
En rouge les surfaces atteintes par le phylloxera sans doute sous estimées

Gérard Pierrefeu, Regard sur la commune, 20 ans de vie à Cairanne , ADV, BrVII 290. Gérard Pierrefeu est vice-président du syndicat général des vignerons des Côtes du Rhône de 1953 à 1967 puis président jusqu’en 1978. Il est président du Comité interprofessionnel des Côtes du Rhône de 1967 à 1995. Il est maire de Cairanne de 1971 à 2001.




Source : J. Pierrefeu
Comité de propagande des vins de Cairanne (1958)
Dominique Zanti, Pierre Armand,Paul Flachaire, Marcel Colonieu, Paul Armand, Gérard Pierrefeu, Germain Julien, Raoul Fabre, Paul Berthet-Rayne Aimé Michel André Flachaire, Louis Danjaume.


Aprés publication, de Anne Laberinto-Gridine :
De gauche à droite : Raoul Fabre, Gérard Pierrefeu, Paul Armand, Pierre Armand, Michel Aimé
Mise à jour : le 1 juin 2021
webmaster : Gérard Jacques Coussot