vous êtes sur le site : www.cairannevieuxvillage.eu



La chronique de décembre 2019

Lou tèms di pastouralo


version imprimable
Gaire après la darriero guerro, à Cairano,uno chourmo d’apassiouna que ié disien « La Cigale Cairannaise » decidè de faire de tiatre ço qu’èro courrènt à-n’aquelo epoco.
Ero peréu un tèms ounte dins de vilage en periodo calendalo se jougavo de pastouralo, representacioun teatralisado de la neissènço dóu Criste, traspausado dóu quoutidian di Prouvençau . La salo dóu « Casino » toucant lou cafè Manifacier avié un espàci sceni asata au jo de la pastouralo Maurel, jougado en prouvençau pèr nòsti artiste loucau , que, en noumbro, retraisien li proutagounisto de l’evenimèn. Pas mens de tres ouro, lis episòdi divertissènt, parla vo canta s’en cadenavon pèr abouti à l’ultimo assemblado de tóuti à l’entour de la crecho pèr l’adouracioun de l’Enfant Jèsu.
Moun souveni lou mai luenchen d’aquéu tèms di pastouralo s’entourno à mi pichot cinq an. Ai pas óublida lou bel ange: Aimée Milèsi, anounciant i bergié endourmi la neissènço de Jèsu, lou terrible boumian e soun coutelas jouga pèr lou bouchié Ribière, l’amoulaire-cantaire tengu pèr Raoul Fabre emai Paul Verchère qu’èro lou paure Pistachié jita dins lou pous pèr lou boumian e que Gérard Pierrefeu, retraisant lou Conse qu’avié sus éu forço couset, li quitavo à flour e à mesuro de sis esfort pèr póutira Pistachié foro dóu pous.
Margarido la femo dóu vièi Jourdan interpreta d’un biais magistrau e coumi pèr Aimé Michel arribavo sus lou poutin quiha sus un ase en quau falié faire mounta un escalié de bos pèr acedi à la sceno. Li cant e la musico de la pastouralo èron acoumpagna au piano pèr Zézètte Milèsi e li musician amatour de Cairano que se tenien en bas de l’estrado.
Quauquis annado plus tard vers 1954 vo 1955 uno vièio ensignarello : Madamisello Flavie que restavo dins ço que soubravo de l’anciano escolo libro dóu vièi Cairano, decidè, pèr refaire la téulisso de la capello Sant-Ro , de faire jouga tourna mai uno autro pastouralo:L’oulo d’Arpian.
En aquelo epoco Madamisello Flavie ensignavo encaro la dóutrino is enfant e èro amado dis jouvènt qu’èron passa pèr soun ensignamen religious, alor aguè pas de peno à reüni uno pichoto troupo que jouguè emé sucès aquelo Oulo d’Arpian...
Urous e luenchen souveni mai bounur d’aprecia que pamens, la tradicioun di pastouralo perduro e se jogo encaro maugrat la télévisioun e Internet qu’an envahi nósti vido.

Le temps des Pastorales


Peu après la dernière guerre, à Cairanne, un groupe de passionnés qui portait le joli nom de « Cigale Cairannaise » a décidé de faire du théâtre ce qui était courant à cette époque. C’était aussi un temps où dans certains villages en période calendale se jouaient des Pastorales, représentations théâtrales évoquant la naissance du Christ retranscrite dans le quotidien des Provençaux.
La salle du « Casino », jouxtant le café Manifacier, offrait un espace scénique propice au déroulement de la pastorale Maurel jouée en langue provençale par nos artistes locaux qui personnifiaient en nombre les protagonistes de l’évènement. Durant trois heures les épisodes divertissants parlés ou chantés s’enchainaient pour aboutir à l’ultime rassemblement de tous autour de la crèche pour l’adoration de l’Enfant Jésus.
Mon plus lointain souvenir de ce temps des pastorales remonte à mes 5 ans. Je n’ai pas oublié le bel ange annonciateur de la naissance de Jésus aux bergers endormis qui était joué par Aimée Milési, le terrible Boumian empruntant les traits (et le couteau) de Ribière le boucher, le rôle de l’Amoulaire toujours chantant tenu par Raoul Fabre. Paul Verchère était le pauvre Pistachié jeté dans le puits par le Boumian . Gérard Pierrefeu qui tirait Pistachié de sa mauvaise posture était le maire aux nombreux gilets qu’il quittait à mesure de ses efforts pour le hisser hors du puits. Le rôle de Margarido la femme du vieux Jourdan était magistralement interprété par un Aimé Michel désopilant (déguisé en femme) qui arrivait sur scène juché sur un âne, un vrai, que l’on faisait en coulisse, accéder à l’estrade par quelques escaliers de bois...Les chants et la musique de la Pastorale était accompagnés au piano par Zézète Milèsi et les musiciens locaux qui se tenaient au bas de la scène.
Plus tard vers 1954 ou 1955, une vieille institutrice, Mademoiselle Flavie, habitant ce qui restait de son ancienne école libre dans le vieux village, décida de faire jouer une autre pastorale : L’Oulo d’Arpian pour aider à la restauration de la Chapelle saint Roch .
Faisant encore le catéchisme aux enfants et toujours appréciée par les jeunes passés par son enseignement religieux, elle n’eut pas de peine à réunir une petite troupe qu’elle faisait répéter chez elle pour finalement faire jouer avec succès cette Oulo d’Arpian qui ne figure plus dans les pastorales connues à l’heure actuelle.
Heureux et lointain temps, mais bonheur actuel d’apprécier la continuité de cette tradition qui perdure malgré la télévision et Internet qui ont envahi nos vies.

Anne Laberinto-Gridine


Quelques compléments
Les pastorales de Provence sont des pièces de théâtre jouées durant la période de Noël autrefois par les habitants des villages. Parlées et chantées, les pastorales sont toujours en langue provençale. C’est Antoine Maurel qui en 1844 créa ce genre théâtral à la fois païen et religieux s’inspirant du thème de la nativité de Jésus-Christ.

  • Acte 1 : le réveil des bergers, un ange apparait pour annoncer la naissance de Jésus-Christ.
  • Acte 2 : les bergers se répandent dans le village pour clamer cette nouvelle.
  • Acte 3 : des villageois font la fête chez Benvegu. Le vin coule à flot et Pistachié est jeté dans le puit par le boumian (bohémien.
  • Acte 4 : les villageois se reprennent et rejoignent la crèche en chantant, louant la naissance de Jésus-Christ et quelques miracles se produisent.
GC

Summary: The author recalls her childhood memories when Christmas was a time of celebrations theme involving the whole village. It was the case for the « Pastorale ». This was a partly religious, partly pagan entertainment based upon the Nativity theme. It used to take place in the « Casino » theater in Cairanne located near a café which now a restaurant is called «Le tourne au verre»

Source : Couston
A gauche, l'espiçarié "Le Soleil", au mitan "Le Café du Siècle" tengu pèr Ludo Manifacier, à drecho," Le Casino".
À gauche, l’épicerie « le Soleil », au centre « le café du siècle » tenu par Manifacier, à droite « le Casino ».


pountin: scène. Sant Ro : Saint Roch. dóutrino : cathéchisme.

Sant Ro : Saint Roch. dóutrino : cathéchisme.

dóutrino : cathéchisme.

Période calendale : période de Noël où se déroulent des traditions. Elle débute le 4 décembre où l’on sème du blé dans une soucoupe et se termine début février à la Chandeleur.

Maurel Antoine,(1815-1897) ouvrier vitrier à Marseille, auteur dramatique et poète.











Mise à jour : le 1 décembre 2019
webmaster : Gérard Jacques Coussot